topblog Ivoire blogs

04/05/2011

La Président Gbagbo résiste toujours !

Lu sur http://criseivoirienne.livejournal.com/tag/gbagbo

Les jeux sont loin d’être faits en Côte d’Ivoire. Malgré les exactions des milices FRCI sur la population, malgré l’intensification des bombardements par la coalition FRCI-ONUCI-Licorne dans la commune populaire de Yopougon – on entendait ce matin les détonations depuis Angré et les 2 plateaux – en violation totale de la résolution 1975 contre l’emploi des armes lourdes à Abidjan, la République de Côte d’Ivoire ne veut pas mourir. Obama, Sarkozy, et leur valet Ouattara-le-boucher ne sont pas encore parvenus à transformer la République de Côte d’Ivoire en République de la Communauté Internationale : les patriotes et leur président Gbagbo résistent toujours !

Retenu en détention arbitraire depuis 23 jours, Laurent Gbagbo a reçu une première visite. Non pas celle de ses avocats conformément aux règles du droit les plus élémentaires, mais celle du « groupe des anciens » composé de Mgr Desmond Tutu, de Mary Robinson et du laquais Kofi Annan venu soutirer la reddition du président. Il a visiblement été déçu. Non seulement le président Gbagbo n’a rien perdu de sa dignité, mais celui qui, selon un torchon pro-Ouattara, aurait tenté de se suicider voici quelques jours, est même parvenu à dérider Mme Robinson. 









Trève de plaisanteries, car ce ne sont pas les pressions psychologiques qui ont du manquer pour essayer de pousser le président Gbagbo à reconnaître la victoire de Ouattara : les seules choses qu’a demandées le président Gbagbo sont des livres de discours politiques et une Bible, ce qui signifie que le livre Saint lui a été refusé depuis le début de sa captivité, sans doute pour empêcher à ce Chrétien d’y puiser la force de résister.
Annan a donc dû se livrer à quelques contorsions lexicales, à grands renforts de guillemets et de virgules, pour distiller son intoxication médiatique à l’attention des patriotes ivoiriens,
sous l’égide de l’AFP qui titre sans vergogne «M. Gbagbo a "accepté" la victoire de M. Ouattara (Kofi Annan)» :

M. Gbagbo, "ne nous a pas donné l`impression qu`il contestait l`élection ou bien l`autorité du président Ouattara. Ca, je crois qu`il l`accepté. Dans les conversations qu`on a eu avec lui, le langage était clair", a déclaré l`ex-secrétaire général de l`ONU lors d`une conférence de presse à Abidjan. […] "On l`a encouragé: au moment venu, lui-même devra parler, et encourager ses partisans à se calmer et à se réconcilier. J`espère que ça viendra plus tôt que tard", a ajouté M. Annan. […]"Ce qui s`est passé en Côte d`Ivoire est un message important pour l`Afrique et au-delà, et la façon dont cela s`est terminé est aussi un message", a par ailleurs déclaré M. Annan, en évoquant les élections à venir dans de nombreux pays africains en 2011. "Il y a des règles du jeu (lors d`une élection). On peut gagner, on peut perdre, et il faut accepter le résultat. Ceux qui ont l`intention de nuire au processus électoral et démocratique doivent payer le prix de leurs actes", a-t-il conclu.

En plus de ses suppositions, on reconnaîtra sans peine les menaces proférées depuis plusieurs mois par les « démocraties » occidentales à l’encontre des supposés dictateurs qui refusent d’asservir leur pays aux intérêts de l’empire. Selon ce même article :

Mme Robinson a jugé de son côté "très important" qu`il y ait à la fois "la vérité, la réconciliation et la justice".

A propos de justice, on notera que les « anciens » ont été accueillis à Korhogo par une délégation à la mesure du travail à accomplir en la matière. Ce comité d’accueil associait en effet des casques bleus, ces mercenaires de l’empire qui bombardent les civils à Yopougon et ne les protègent pas à Duékoué des exactions des milices FRCI, et le bourreau en chef de ces milices FRCI du nord, le commandant Martin Kouakou Fofié. Ironie du sort, ce dernier se trouve sous le coup de sanctions de l`Onu depuis 2006, ses hommes ayant été accusés de "recrutement d`enfants soldats", "sévices sexuels sur les femmes", et "exécutions extrajudiciaires". Mme Robinson a du pain sur la planche.

Quant au Droit, il n’est pas mieux loti. Ouattara comptait auditionner le président Gbagbo sans la présence de ses avocats, ce que le président Gbagbo a refusé. Devant la délégation des anciens, le président Gbagbo a réitéré  son exigence de voir ses avocats. Le ministre de la Justice de Ouattara, Jeannot Kouadio Ahoussou, qui était aussi présent sur les lieux, a fait comprendre à la délégation qu’il n’était pas en mesure de satisfaire cette demande. Visiblement gêné, il a plutôt déclaré à l`AFP que la date du début de l`audition du président n`était pas « certaine », arguant que M. Gbagbo lui aurait indiqué que ses avocats n`étaient « pas disponibles ». On n’en est plus à un mensonge près dans le camp Ouattara. En fin de compte, l’audition sera repoussée.

Compte tenu de la détention de Simone Gbagbo à Odienné, il apparaît clairement que le président Gbagbo a été volontairement coupé de ses soutiens humains et spirituels, selon une stratégie de Ouattara qui devait se conclure par la reddition du président Gbagbo face à  Annan. C’était sans compter sur la force de caractère du président Gbagbo, telle que son fameux entretien apocryphe semble plus vrai que nature.

Si la Justice, la vraie, est bien l'objectif de ces anciens, ils devraient se tourner vers certains de leurs pairs qui ne mâchent plus leurs mots, en particulierThabho MBeki.

Tags: