topblog Ivoire blogs

25/06/2008

Nouvelles du Zimbabwe

260950b5a4e42b63acd52504ad001d38.jpg1704f3c552faca6030394ba24fcad90e.jpg
Dans une tribune publiée par le quotidien de gauche anglais Guardian, Morgan Tvangirai a appelé les Nations unies à isoler Robert Mugabe. Il demande l’intervention d’une force militaire pour protéger le peuple.
Il a quitté ce jour, l’ambassade des Pays-Bas à Harare où il était réfugié depuis le dimanche 22 juin 2008.
Pendant ce temps Mugabe réaffirme son intention de tenir le deuxième tour vendredi prochain. Il se dit prêt à discuter mais après les élections.

20/05/2008

Amandla! Ngawethu

6c37cdc15c335afa0ee9fd53470b8f5e.jpgCe qui se passe à Johannesburg en Afrique du Sud est grave, très grave. La chasse aux immigrés et les assassinats qui l’accompagnent est inadmissible. La situation m’inspire tristesse, colère et inquiétude mais pas de honte.
Je n’ai pas honte puisque je ne me sens aucune affinité, parenté ou proximité avec les criminels qui sont responsables de ces pogroms. Je ne ressens aucune honte car j’ai entendu la vigueur avec laquelle le gouvernement sud- africain et en l’occurrence le Président Thabo Mbeki condamne cette vague de violences. Emboîtant le pas au Président de la République, le Président de l’ANC Jacob Zuma a condamné sans aucune ambiguïté les violences. La police, les militants de l’ANC et les forces sociales significatives, chacune dans son domaine de compétence, sont à pieds d’œuvre pour que cesse ces vagues xénophobes et meurtrières. La police traque les assassins et protège tant soit peu les immigrés. Les immigrés peuvent trouver refuge dans les centres communautaires où l’état assure le minimum. Il n’y a pas de doute, l’état sud-africain est engagé à lutter contre ces violences. C’est important !!!
La République d’ Afrique du Sud compte 50 millions d’habitants et on estime à cinq millions c'est-à-dire 10% les immigrés. Pour l’essentiel ceux-ci viennent de pays limitrophes notamment le Zimbabwe (trois millions des immigrés viennent de ce pays). Les immigrés africains sont pour l’essentiel des employés de maison, des mines ou de fermes. Le pays a une tradition de libéralisme en matière d’immigration. Au temps de l’apartheid cette politique avait pour unique but de maintenir une pression à la baisse sur les salaires. A la fin du régime inique de l’apartheid, le gouvernement de l’ANC a continué cette politique pour diverses raisons. La première était qu’il était difficile à des gens comme Thabo Mbeki, Joe Slovo ┼, Alfred Nzo┼ de remercier les pays qui les avaient reçu et aidés pendant des années, en interdisant à leurs ressortissants de tenter leur chance dans l’Afrique du Sud démocratique. D’autre part, il y a une farouche volonté de construire une zone de solidarité africaine. Le thème de la renaissance africaine développée par Thabo Mbeki à son accession au pouvoir en 1999, son engagement dans la résolution des crises africaines témoignent de la volonté de l’état sud-africain de s’engager dans une solidarité africaine agissante. Les réactions qui viennent de ce pays prouvent que le pays s’inscrit encore dans cette dynamique tant bien que les nouvelles venant de Jo’burg soient déprimantes.
Je suis en colère, car je vois que depuis une semaine l’état sud-africain se montre incapable de mettre hors d’état de nuire des groupes criminels qui prospèrent sur les frustrations légitimes des populations. La croissance économique reste encore largement insuffisamment répartie et les privilèges léonins sauf à copter quelques noirs sont tenus par les mêmes.

Pour finir, j’ai beau me tâter j’éprouve des difficultés à considérer ce qui se passe en Afrique du Sud comme une conséquence de la situation au Zimbabwe. Il y a toujours eu une immigration zimbabwéenne en Afrique du Sud ? Celle-ci emprunte les canaux des solidarités ethniques transfrontalières et répond à des besoins du pays. De plus la crise que connaît l’Afrique du Sud reste circonscrite à une zone où la manipulation politique a créée par le passé des pics de violences extrêmes. Il y a des considérations locales liées à la sociologie, à l’urbanisme. Ce jour la police sud-africaine a évoqué l’hypothèse de l’implication de forces organisées occultes dans ces phénomènes violents. Est-ce moyen de se dédouaner à bon compte ? L’histoire récente de ce pays nous rappelle combien la violence peut être orchestrée pour empêcher la marche de l’histoire.