topblog Ivoire blogs

07/05/2011

L'argent n'a pas d'odeur mais Abidjan sent l'hydrogène

Lu sur http://indignez-vous.hautetfort.com/


 

Quelle n'a pas été notre surprise de découvrir hier qu'une interview de Marie Antoinette Singleton, fille de Laurent Gbagbo , et parue dans Slate Afrique, avait été menée .....par Sabine Cessou elle même ...!!

Pour reprendre la formule d'un ami " l'argent n'a pas d'odeur mais Abidjan sent l'hydrogène".

Voilà donc que la collaboratrice de Thomas Hofnung  , pillier de la désinformation sur la crise ivoirienne au sein de la presse Rotschild

cote-d-ivoire-une-histoire

et qui nous a habitué à une information partie prenante et donneuse de leçon, du dezingage des intellectuels

côte-divoire-le-facteur-zimbabwe-.html

à l'hagiographie du " nouvel  ambassadeur" élégant et parfumé qui a un enfant " avec une bété"

01012319991-confiant-en-abidjan

en passant par la compassion pour le courageux venance konan  qui "sait que son téléphone est sur écoute, mais  n'a pas changé de numéro"

côte-divoire-pourquoi-les-intellectuels-et-les-art......

 

décroche subitement le sien pour joindre un membre éminent du " clan gbagbo".

Sabine cessou aurait elle réfléchi à la lecture de son confrère François Leclerc?

cote-d-ivoire-silence-fait-loi-france

ou encore à l'écoute de jean Ziegler ?

article-cote-d-ivoire-jean-ziegler-enfin-on-attend-......

et opérerait elle le début d'un méa culpa ?

rien n'est moins sur .

Celle qui a écrit, entre autres,  cet article:

côte-divoire-le-facteur-zimbabwe-.html

et a vanté à longueur de colonnes la "résistance à Abobo" produisait , sans doute un peu obligée au lendemain de la capture du PR ce papier:

côte-divoire-dangereuse-chasse-à-lhomme.html

dans lequel on trouve cette perle:

"Comment faire la différence, aujourd'hui, entre les vrais appels au secours lancés depuis la Côte d'Ivoire, et la propagande assenée pendant des mois par les médias aux ordres de Gbagbo? Le ratissage à grande échelle en cours en Côte d'Ivoire est le corollaire de la chute de Gbagbo: inévitable, mais aussi extrêmement risqué, pour l'avenir politique d'Alassane Ouattara."

 

Sacrée Sabine ! Elle peut continuer à parler de propagande alors que toute la presse non ouattariste est interdite , et justifier une épuration arbitraire en s'inquiétant uniquement de ses conséquences politiques  tout en courant  juste après derrière  le scoop. Quelle santé !

Fort heureusement pour elle, Marie Antoinette Singleton n'a pas été " ratissée" aux états unis après le kidnapping de son père, ce qui permet à Sabine de mettre un peu de beurre dans les épinards.

Si vous croisez Marie Antoinette ,qui force le respect, s'il vous plait, expliquez lui la ligne de Sabine Cessou sur la crise ivoirienne et indiquez lui ce blog: on lui donnera avec grand plaisir le nom des rares journalistes français respectables .

Saper Aude

Source: http://indignez-vous.hautetfort.com/

03/05/2011

Le président Gbagbo et les supplétifs chargés du mensonge

 

gbagbo et les vieux.jpgIl y a encore un mois, la grande presse embarquée dans l’expédition coloniale de Nicolas Sarkozy en Cote d’Ivoire nous présentait le président élu de ce pays, Laurent Gbagbo, comme un usurpateur et un dictateur sanguinaire qui a mis en coupe réglée son pays au profit de ses seuls intérêts. Le 11 avril 2011 au matin, les forces françaises après avoir bombardé la résidence présidentielle et tiré sur tout ce qui bougeait – enfants, femmes et vieilles personnes compris - kidnappaient Laurent Gbagbo avant de le livrer à leurs supplétifs les milices de monsieur Ouattara qui venaient de remonter de Duékoué dans l’ouest ivoirien où ils avaient fait passer de vie à trépas plus d’un millier de paisibles paysans au motif qu’ils sont d’un bord politique et ethnique différent du leur.

La prise de la résidence présidentielle a fait suite à de nombreux bombardements de la force française Licorne et d’une série d’opérations au sol menées par ses supplétifs africains réunies sous l’appellation trompeuse Forces armées républicaines de Cote D’Ivoire (FRCI). La grande presse pour rendre compte des nombreux échecs des supplétifs des FRCI a tiré avantage des bombardements pour prendre possession de la résidence présidentielle a invoqué l’existence d’un bunker présidentiel. Le 11 avril 2011, en lieu et place du bunker tant annoncé, on a découvert que le Président Laurent Gbagbo résidait en lieu non prévu pour soutenir un siège. Les chars, tanks et autres armes lourdes que la grande presse prétendait être visés par les bombardements de la Licorne se sont avérés être des Limousines et autres 4x4 et les malheureux civils qui croyaient trouver en ce lieu protection. Dans la dite résidence point de geôle ou de lieu de torture des opposants. Etonnant pour la résidence d’un dictateur.

Dimanche dernier, le président Laurent Gbagbo a fini de nous convaincre que pour le portrait de dictateur dont la grande presse dresse de lui, il présente quand même de grandes spécificités. Voilà un dictateur déchu et emprisonné que vont visiter un ancien secrétaire général des l’ONU, un ancien Prix Nobel de la Paix et enfin une ancienne Haut-commissaire aux droits de l’homme. Non contents de le visiter, ils trouvent le moyen de se faire sondeurs de sa pensée. Cherchez l’erreur !!

Il n’y a pas d’erreur ! Dans la crise ivoirienne la grande presse joue son rôle de supplétif chargée du mensonge, auprès de la Force Licorne qui est chargée de casser de l’ivoirien.

 

30/06/2008

Qui veut combattre la corruption (2)?

2655c3e83c9b6b6f3a6c0f413a2fb36b.jpg

En principe, la lutte contre la corruption n’est ni de gauche, ni de droite et pas du centre. C’est une exigence morale, c’est une nécessité juridique qui forge un consensus chez les conservateurs et les progressistes dans une démocratie républicaine. Les raisons de ce consensus sont bien évidemment différentes selon les sensibilités. Alors qu’à gauche, on verra en la corruption une atteinte grave au principe d’équité, l’argumentaire de la droite néo-libérale insistera sur l’inefficacité économique qu’elle induit.
Partant du principe sus énoncé, j’ai essayé de comprendre les divers point de vu exprimé par la presse représentative des trois principaux partis de Cote d’ivoire dans l’opération mains propres que Djé met en parallèle avec une initiative Italienne datant des années 90 . J’ai passé en revue Notre Voie le quotidien du Front Populaire Ivoirien (FPI), Le Nouveau Réveil organe proche du Parti Démocratique de Cote d’ivoire (PDCI) et le Patriote le quotidien quasi officiel du Rassemblement des Républicains (RDR).
Dans le quotidien des refondateurs, j’ai noté un soutien à l’initiative présidentielle. De soutiens, il y en a eu de plus enthousiaste, mais on ne peut pas reprocher à Notre Voie d’avoir dérogé aux principes et de ne pas avoir encouragé la justice à continuer à enquêter sur la corruption et les détournements de fonds dans la filière café cacao. Des cadres de la rédaction ont pris leurs plumes pour encourager le Président Gbagbo dans sa volonté politique de lutter contre la corruption. Cela est d’autant plus remarquable de la part de l’organe du FPI que des camarades de ses journalistes sont mis en examen et écroués par la justice. Il n’est pas donné à tous de ne pas succomber à la solidarité de caste en de pareilles circonstances. Le quotidien du FPI aurait pu entonné le refrain du Juge qui profite de l’appui présidentiel pour régler des comptes avec le parti du progrès qu’il n’a jamais porté dans son cœur.
Le Nouveau Réveil qui n’a cessé de tenir le discours le plus radical et le plus critique vis-à-vis de la décrépitude morale supposée de la Refondation me parait le plus frileux dans « l’opération main propre ». Il relaie les supposés états d’âmes des personnes mises en examens, les présente comme des victimes d’une injustice et mieux ne voit dans l’opération qu’une initiative politicienne à combattre.
Le Patriote aura été l’organe qui m’a le plus déçu. Il m’a déçu en ce sens que sous la plume de ces éditorialistes les plus respectés, il a fait l’apologie de la corruption en la noyant dans un brouillard d’irresponsabilité.C’est vouloir aucune répression contre la corruption dans la filière café cacao que de présenter le Président Gbagbo qui n’a aucune responsabilité managériale, comme le responsable et le coupable, du fait qu’il en a nommé les responsables. Pendant qu’on y est, pourrait-on accusé les géniteurs des responsables de la filière café cacao? S’ils n’avaient pas vu le jour du fait de leurs parents, aucun scandale n’aurait cours.
Le régime de corruption du parti unique PDCI/RDA, dont les élites françaises (Chirac, Le Monde, Libération etc..) nous ont vanté les vertus, subit depuis quelques semaines les coups boutoirs du camp du progrès incarné par Laurent Gbagbo. La partie n’est pas gagnée, mais il est évident que les lignes de césures sont suffisamment évidentes pour que les uns et les autres prennent leurs responsabilités.