topblog Ivoire blogs

16/05/2008

Aїssata Tall, le Président Abdoulaye Wade et RFI

ce0e6e678b5ec964ebce5a1c1f82b211.jpgAvec le talent et la verve qu’on lui connaît Maître Aїssata Tall la Porte- parole du Parti Socialiste Sénégalais a apporté ce jour sur RFI une réplique cinglante à l’interview que Le Président Wade a accordé hier à cette même radio .
Je n’ai aucun problème avec les arguments développés par Madame Tall mais je dois avouer ma gêne. Je suis gêné que la représentante d’un parti démocratique, s’inscrivant dans une démarche républicaine polémique avec le Président sur une de radio étrangère. Certes Monsieur Wade nous a habitué à attaquer l’opposition à l’étranger et sur des média étrangers. Mais nous savons tous que démocratie et respect des normes républicaines sont des notions étrangères à notre cher Président. Il ne faut pas le suivre sur son terrain tant que nous disposerons chez nous des moyens de lui apporter la réplique. Madame Tall a la possibilité de répondre efficacement au Président sur les radios de la bande FM à Dakar et à l’intérieur du pays. Ce message aura d’autant plus d’impact qu’il sera décliné dans les deux langues nationales que parle La Porte-parole du parti socialiste sénégalais.
Mais revenons à Rfi. Il faut cesser de croire au Sénégal que cette radio est le haut lieu de l’information pluraliste. Si mes compatriotes ont un quelconque doute qu’ils posent la question aux ivoiriens. Radio France Internationale (RFI) est un instrument financé par le Quai d’Orsay (Ministère des Affaires Étrangères) au service de la politique impériale de ce pays. Certes, aujourd’hui le tarif semble être 5 minutes pour le Président Wade et 5 minutes pour son opposition démocratique mais quand les intérêts de la puissance sont en jeu cela devient cent minutes contre zéro minutes. Entre 2002 et 2007, au plus fort de la tentative du Président Chirac de casser l’état ivoirien cette radio a été le porte-parole de la propagande anti-ivoirienne. Diabolisant à souhait le Président ivoirien, semant la haine et insultant les habitants du pays. En 2005, j’ai été le témoin d’une scène surréaliste à Paris. Au cours d’une réunion publique organisée par des patriotes ivoiriens Monsieur Guy Labertit ( dont le soutien et la camaraderie avec Gbagbo ne se discute pas), qui était un des intervenants, a été pris à parti par une ivoirienne qui trouvait que ceux qui se déclaraient être des soutiens du Président Gbagbo n’en faisaient pas assez.Monsieur Labertit d’expliquer que ce n’est pas faute d’essayer et prenant l’exemple de RFI dira que depuis que la crise a éclatée, il n’était plus invité alors qu’avant celle-ci il avait participé à 13 émissions en quatre ans.
Ne donnant pas l’occasion à cette radio l’ opprtunité d’être l’arbitre de nos joutes.