topblog Ivoire blogs

02/05/2011

Le temps des ténèbres

 

ben laden ivoirien.jpgJe commencerai en précisant que je n’ai aucune sympathie pour Oussama Ben Laden et que j’assimile sa ligne politique à du nihilisme qui est une impasse dès lors que l’on se situe dans une perspective de progrès social, démocratique et surtout de respect de la vie. Je réprouve ses moyens car ils n’ont de finalité que d’instaurer la terreur pour ses partisans (obligés d’endosser le statut de martyr) comme pour ses adversaires et ennemis.

Mes réserves envers Ossama Ben Laden ne m’amènent nullement aux même conclusions que le président américain Barack Obama qui se réjouis de sa mort et parle de justice là où personnellement j’invoquerai plutôt le drame des familles des victimes des attentats commandités par Ben Laden qui ne pourront le regarder droit dans les yeux et lui demander des comptes. S’il y a eu une justice dans cette affaire, ce n’est qu’en rapport avec l’idée que l’on s’en faisait dans le Far West.

Il ya quelques semaines après avoir fait voter une résolution scélérate à l’ONU, Nicolas Sarkozy à fait bombarder par l’armée française la résidence du président élu des ivoiriens Laurent Gbagbo et ouvert le chemin d’Abidjan à une horde de barbares, dont certains se font appeler par admiration Ben Laden. Cette horde n’a de cesse depuis plus de trois semaines qu’elle a pris le contrôle de la Cote d’Ivoire, de lancer dans les villes et campagnes des criminels qui s’adonnent au pillage, au vol et viol. Des quartiers et des villages sont razziés et incendiés devant des soldats de l’ONU. Les organisations de défense de droits de l’Homme sont aux abonnés absents montrant ainsi que nous avons changé d’époque et que les espérances de fin du vingtième siècle d’un monde plus juste et plus solidaire se sont évanouies.

Que Nicolas Sarkozy et Barack Obama qui dirigent les patries de Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau et Thomas Jefferson en viennent à incarner de si tristes valeurs nous montrent que nous avons changé d’époque. En cela c’est l’échec le plus patent de Ben Laden : il a fait émerger un leadership foncièrement hostile aux peuples opprimés alors qu’i prétendait libérer les siens de la domination étrangère.

 

Les commentaires sont fermés.