topblog Ivoire blogs

10/01/2011

L’État de Cote d'Ivoire est debout !!

 

 

Embleme cote d'ivoire.jpgLe président français Nicolas Sarkozy et l’inénarrable Rambo qui porte le titre d’ambassadeur des USA à Abidjan, Carter le troisième, ne sont pas une outrance près pour accréditer l’idée que le président ivoirien Laurent Gbagbo est un usurpateur qu’il faut faire partir du pouvoir. Comme en la matière l’excès finit par nuire, il n’est point que les affidés de Ouattara pour croire encore que la parole de ces deux personnages porte. Passé les premiers moments de la surprise que des responsables de si grandes puissances s’expriment sur des élections dans un pays d’Afrique, l’opinion africaine et internationale a vite fait de se rendre compte de la vacuité des arguments qu’ils présentaient pour discréditer les institutions républicaines d’un pays souverain et démocratique. Tous les observateurs épris de paix et de justice sont maintenant convaincus que Laurent Gbagbo est le président légitime et légal issu des élections de novembre 2010 en Cote d’Ivoire. Le coup d’État inspiré et exécuté par président français Nicolas Sarkozy a lamentablement échoué, de même l’idée de sa réactivation par l’intermédiaire de supplétifs de l’Ecomog a fait long feu devant la détermination du peuple ivoirien et la condamnation unanime qu’elle inspire chez tous les africains.

A défaut de réussir leur coup d’État et ceci après l’échec de leurs appels à l‘insurrection, le président français et celui qu’il destine à être son proconsul en Cote d’Ivoire, j’ai nommé Alassane Dramane Ouattara, veulent punir le peuple ivoirien d’être fidèle aux lois et règlements qu’il s’est donné, et ceci quel qu’en soit le prix. Leur dernière trouvaille est de menacer l’existence de la zone UEMOA par la mise sous séquestre des comptes de l’État ivoirien à la BCEAO.L’objectif visé par nos comploteurs est de mettre la Cote d’Ivoire en état de cessation de payements notamment vis à vis des fonctionnaires. Faut-il rappeler que les fonctionnaires reçoivent leurs salaires en retour de prestations et travaux qu’ils exécutent ? La femme qui doit accoucher doit elle serrer ses cuisses en attendant que le Prince Ouattara soit au palais de la République ? Doit-on fermer les urgences hospitalières en attendant que le proconsul de Sarkozy soit rétabli dans ses « droits » ? Si les urgences hospitalières ne sont pas fermées, avec quoi paye-t-on les consommables et les fournisseurs si l’impôt n’est pas collecté ? Ceux qui collectent l’impôt peuvent-ils continuer à le faire si leurs efforts ne sont pas rétribués par un salaire ? En réalité cette tactique nous renseigne sur la camarilla de l’Hôtel du Golfe. Du peuple ivoirien, ils s’en fichent comme de leurs premières guenilles, ce qui leur importe s’est faire pression sur Gbagbo. Ouattara et ses comparses savent que celui-ci est soucieux du sort de ces concitoyens et veulent l’atteindre par ce moyen.

Face à une adversité qui a renoncé à tout code éthique et déontologique, à toute morale et qui ne respecte pas les lois et règlements que s’est librement doté l’État souverain et démocratique de Cote d’Ivoire, il est du devoir du Président de la République Laurent Gbagbo de rappeler aux uns et autres quelques évidences. C’est d’abord parce que l’État de Cote d’Ivoire est debout que la sécurité des biens et des personnes est assurée. Les coffres de la BCEAO et des autres banques de la place sont sécurisés parce que l’État ivoirien met tout en œuvre pour qu’il en soit ainsi. Il est donc inadmissible que les instruments auquel il participe librement soient utilisés pour le déstabiliser. Les banques et établissements financiers de la place doivent traiter avec les instances légitimes que sont les services du Trésor, des Impôts, des Douanes et autres commissions ad hoc. Toute autre manipulation des deniers de l’État de Cote d’ Ivoire doit être considérée comme un détournement et un acte de sabotage de l’économie. A ces partenaires de l’UEMOA la Cote d’Ivoire doit rappeler qu’elle a autant qu’eux des capacités de nuisance et qu’il serait bien pour tous que l’on ne mêle l’organisme monétaire aux débats politiciens.

PS : Même pas deux mois de « résistance » que notre cher Venance Konan jette l’éponge. Avec la grandiloquence dont il peut faire preuve le voilà qui assène: « Et comme vous, mais sans rien céder de mes convictions, sans rien renier, et sans céder un seul pouce à Gbagbo et à ses sbires, néanmoins, je me tairai. Je me tairai. Je me tairai. » Mais avant de se taire, il balance : « Jules, Eugène, grand frère Anet, professeur Jérémie, Yacou, Mathilde, Marie Jo, chers maîtres que je ne citerai pas ici en raison de tout le respect que j'ai encore pour vous, et tous les autres, tapis dans vos coins, attendant dans votre confort douillet que l'aube se lève toute seule ! »

Espèce de délateur !!! Venance délateur !!!

 

 

Commentaires

Chers Amis,
Nous ne voulons plus que Ouattara travaille avec Gbagbo. Nous voulons que s'il a gagné les élections, il travaille comme il l'entend sans contraintes quelconques. Ainsi dans 5 ans, quand il va rendre compte aux Ivoiriens, il n'aura pas à se cacher derrière le fait qu'il était obligé de travailler avec des personnes incompétentes de Gbagbo. Nous avons en encore le souvenir des ministres qu'il a flanqué à Gbagbo pour dit-il obtenir des élections ouvertes, justes, transparentes et équitables. En quoi avoir des ministres de l'agriculture, des nouvelles technologies, de la construction au gouvernement de Gbagbo a-t-il permis à Ouattara d'obtenir ces dites élections? Après 8 ans de co-gouvernement avec Gbagbo, Ouattara dit qu'il veut co-gouverner encore. Si Ouattara a gagné les élections une fois, il peut les gagner deux fois s'il accepte le re-comptage ou s'il accepte la reprise pure et simple des élections. Celui qui peut le plus peut le moins! L'attitude qui consiste à faire la guerre pour un simple contentieux électoral est plus que suspecte. Il s'agit d'un simple contentieux électoral comme il y en eu aux Etats Unis entre Al Gore et Georges Bush. On a recompté le vote en Floride et Bush a gagné. Il n'y a pas eu de morts. Pourquoi faut-il que ce soit en Afrique et en Côte d'Ivoire pour que l'ONU, la France, l'UE, les Etats-Unis et même les Africains (CEDEAO, UA) veulent faire la guerre? C'est hallucinant!

Écrit par : Jean Claude Melan | 11/01/2011

Je dirai a ta suite que c'est simplement honteux et malsaint. Rien que pour le pouvoir on est pret a tuer ceux qu'on veut gouverner demain. Mais avec toutes ces sanctions dites a l'encontre des fonctionnaires je me demande bien combien resteront ( s'ils ne sont pas tous au TPI) pour assurer les taches administratives de Monsieur Ouattara a sa prise de pouvoir? Et puis Ouattara et ses collabos craignent quoi en refusant ca-te-go-ri-que-ment le recomptage des voix? Pourquoi tout est si paradoxal dans ses propos, son entourage, son comportement......
On ne peut pas pretendre avoir la le-gi-ti-mi-te et appeler des forces etrangeres pour combattre a notre place.
Le mensonge se dit solide comme une roche et pourtant il oublie la ruse de la goutte d'eau qui est LE TEMPS. Il faut du temps a une goutte d'eau pour fissurer une roche a dit ROLUWEB

Écrit par : Roluweb | 11/01/2011

Les commentaires sont fermés.