topblog Ivoire blogs

06/11/2010

Qu’importe le flacon pourvu qu’il ait l’ivresse

 

On savait Alassane Dramane Ouattara prêt à tout- coup d’État et rébellion compris- pour conquérir le pouvoir d’État en Cote d’ivoire mais on le pensait au dessus de certaines pantalonnades comme celle qui vient de se dérouler à Dakar. Il faut manquer singulièrement de sens de l’état, d’idée de grandeur de la souveraineté nationale et de culture politique pour espérer sceller un accord électoral en terre étrangère et qui plus est, chez le chef de l’état d’une puissance avec laquelle on est en concurrence pour le leadership régional. Puisque, ADO et les siens aiment bien les exemples européens, imaginent-ils les quolibets qui les accompagneraient si Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin signaient un accord de désistement électoral au 10, downing streeet à Londres sous l’égide de James Cameron? Heureusement que Bédié est venu contrecarrer ce projet qui aurait donné une image terriblement négative de la Cote d’ivoire et des ivoiriens. Décidément avec Ouattara c’est qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

Le Maitre de Cérémonie (MC), l’organisateur, le financier du spectacle avorté de la signature de l’accord de désistement de Bédié en faveur de Ouattara à Dakar, Abdoulaye Wade président du Sénégal, s’il peut surprendre les ivoiriens et les observateurs étrangers par ces facéties, épuise les sénégalais par son inconsistance, son manque de sens de l’état et son incompétence. Nous comptons- les doigts sur les perles de nos chapelets- les jours qui nous séparent du terme de son mandat. Tenez, il y a quinze jours, en plein Conseil des Ministres, il a nommé son Premier ministre directeur de sa campagne pour …l’élection présidentielle de 2012. Dans le même élan il a nommé son fils de Ministre, Karim Wade, chargé de la recherche de fonds (c’est une obsession familiale). Au mois de décembre dernier, il a tenté de livré la minorité chrétienne à la vindicte des musulmans en leur disant que ceux-ci « adorent des statues sans qu’ils s’en offusquent ». Chaque jour qui passe, avec Wade, est une occasion de saper les fondements de notre Etat et instiller le venin de la division au sein de la nation.

La politique est un métier comme le dit si bien Laurent Gbagbo. En se rendant à Dakar pour se prêter à la mascarade qu’escomptait le nonagénaire Abdoulaye Wade, Alassane Dramane Ouattara a montré qu’il n’a pas l’étoffe d’un homme d’état.

 

Les commentaires sont fermés.