topblog Ivoire blogs

24/02/2010

Le triomphe de la goujaterie

 

 

L'arrière-cuisine du processus de libération pacifique d'otages de groupes terroristes n'est jamais reluisante. Elle commande des entorses à la morale, aux lois et règlements qui régissent l'État de droit. Et c'est encore le cas dans la libération hier de Pierre Camatte par Al-Qaїda au Maghreb islamique (Aqmi). Cette libération fait suite à la mise en liberté, dans la nuit du dimanche au lundi, par le gouvernement malien des quatre terroristes réclamés par l'Aqmi. Pour rappel, le français Pierre Camatte,  a été enlevé il y a trois mois dans le nord du Mali. Le groupuscule terroriste menaçait de le tuer à plus ou moins brève échéance si les autorités de ce pays ne satisfaisaient pas leur exigence. La vie étant sacrée, le geste des autorités maliennes est compréhensible, tant bien il heurte légitimement les autorités algériennes et mauritaniennes en butte aux actions meurtrières de l'Aqmi et qui demandaient l'extradition des personnes libérées.

Ce qui est par contre incompréhensible, c'est l'attitude de la diplomatie française au cours de cette crise. Le 13 février, lorsqu'il vient à Bamako pour la deuxième fois au cours de ce mois, Bernard Kouchner dit à la presse que son but est de faire pression sur les autorités pour qu'elles libèrent les quatre terroristes de l'Aqmi. Besoin sans doute de montrer qu'il existe face à son rival Claude Guéant, que la  France est une grande puissance prête à défendre ses ressortissants sur les lointaines terres exotiques. Le problème est que cette démarche tonitruante ne s'embarrasse pas du masque de la vertu. Les circonstances commandaient, en l'occurrence, discrétion, rappels publics des principes d'indépendance de la justice d'un pays tiers et aussi  les résolutions de l'ONU contre le terrorisme. Après les propos de Kouchner et le dénouement de cette affaire, l'impression laissée est celle d'État malien faible qui peut céder  à toutes les exigences du premier groupe terroriste venu.

Je crois que c'est  Alcide Djédjé qui exprimait, il y a quelques semaines, sa « fatigue » face à la diplomatie  « bruyante et discourtoise » de Monsieur Kouchner, il doit désespérer et avec lui de nombreux africains, devant cette nouvelle escalade.

 

 

Commentaires

Merci mon ami pour ce post extraordinaire, j'ai vraiment apprécié la lecture de votre article.

Écrit par : worldbookies.eu | 18/06/2011

Les commentaires sont fermés.