topblog Ivoire blogs

21/02/2010

C'est la lutte finale

20100219_lepatriote_3102.jpg

 

Aux jeunes du RHDP qui croient que le jour de gloire est arrivé, j'invite à lire le Patriote du  vendredi  19 février pour  se convaincre que du passé on ne fera point table rase  et qu'aux lendemains enchanteurs  promis, ne succèdera -si Gbagbo cède au chantage- que la morne inertie du gouvernement Nzassa qu'ils connaissent  depuis 2003.

Depuis que le directoire du RHDP s'est pris de fièvre insurrectionnelle, il ne se passe pas de jours où il ne rappelle que sa place naturelle est au gouvernement présidé Gbagbo. Vendredi dernier dans le quotidien  du RDR, la bande des quatre,  a fait un nouveau  pas en direction du Président en posant quatre conditions à l'entrée au gouvernement: rétablir la CEI, fixer la date des élections, afficher les listes électorales, fixer la date des élections. Vous noterez avec moi que ces exigences sont sans objet puisque Gbagbo n'a pas exprimé la volonté d'avoir un gouvernement comptant dans ses rangs le RHDP. C'est le RHDP qui est demandeur et  à bien y regarder ces « conditions »n'en sont  pas.  La « condition » de rétablissement de la CEI aurait heurté s'il était précisé que c'est la CEI ayant pour président Beugré Mambé qu'il faut remettre en place. Selon la loi électorale ivoirienne, c'est à la CEI qu'il revient d'organiser les scrutins. Tchoco tchoco il y a aura le rétablissement de la CEI mais ce sera selon un schéma proposer par le Premier ministre et validé par le Président. Qui propose la date des élections si ce n'est la CEI ? Demander que la date soit fixée maintenant c'est joué avec les mots. 

Pour retrouver des maroquins ministériels, le RHDP allié aux seigneurs de guerre des  FN a lancé sur les routes ivoiriennes des hordes de tontons macoutes qui brûlent tout sur leurs passages. Ils ne sont pas plus de 3000  à avoir défilés mais déjà on compte cinq morts, des dizaines de blessés et  beaucoup de biens matériels détruits. Cette stratégie ne doit pas prospérer, si non le pays est parti pour dix ans d'immobilisme. Il faut apporter à la politique de la terreur du RHDP une réponse ferme et rigoureuse mais respectueuse des droits humains. Il ne faudra à aucun moment céder à la violence. La police et la gendarmerie aidée de l'armée doivent assurer la sécurité des biens et des personnes, arrêter les émeutiers et les traduire devant les juridictions compétentes.

 Le camp du progrès doit triompher de la réaction !

 

Les commentaires sont fermés.