topblog Ivoire blogs

23/03/2009

L’arroseur arrosé

wade_fache_4.jpgAbdoulaye Wade le président de la République et son parti viennent de subir une défaite cuisante aux élections municipales et régionales. De Dakar à Saint-Louis en passant par Kaffrine, Kaolack et Louga, toutes les plus grandes villes du pays sont tombées dans l’escarcelle de l’opposition républicaine et démocratique réunie sous la bannière de la coalition Beeno siggil Sénégal (uni pour l’honneur du Sénégal) .
C’est la bérézina pour la Coalition Sopi (changement en wolof) 2009 du président Wade, qui s’est impliqué dans ce scrutin local comme s’il était candidat. Il en a fait un scrutin référendaire. Non content d’avoir démarré la campagne électorale deux jours avant son ouverture officielle, il a continué à s’y impliquer malgré les critiques de l’opposition qui estimait que son attitude était en porte à faux avec les dispositions de loi et sa stature de chef de l’état. Pour couper court à toutes ces critiques le président Wade a d’abord affirmé que ces déplacements à l’intérieur du pays pendant cette campagne électorale étaient des tournées économiques. Devant la virulence des critiques qui ont souligné, à juste titre, que nul ne voyait le secteur économique et productif au cours des déplacements présidentiels, il finira par dire qu’il était… en promenade. Sur les antennes de la Radio Télévision Sénégalaise (RTS) il n’y en avait que pour Wade et sa tournée économique/promenade.
La promenade présidentielle se limitait à des rassemblements politiques où fidèle à son habitude il promettait monts et merveilles (centrale nucléaire, TGV, usines de montage d’avions, etc. pour les mois à venir) aux populations. Au cours de ces rassemblements, Abdoulaye Wade ne se privait pas de menacer les populations pour le cas où elles ne voteraient pas pour ses candidats. À Louga il a menacé de changer de capitale régionale si les habitants ne font pas le bon choix. À l’ensemble des Sénégalais, il a dit qu’il était impérieux d’avoir une cohérence d’affiliation partisane entre l’exécutif national et les collectivités locales.
C’est donc une défaite du président Abdoulaye Wade et de son fils Karim et sa nébuleuse de la Génération du concret. En tirera-t-il toutes les conséquences ? Personnellement, j’en doute, car Wade ne joue que pour gagner. Il en tentera dans les prochains jours de détourner la volonté populaire par des magouilles de toutes sortes.

16/03/2009

Une diplomatie d’inspiration fasciste ?

Andy rajoelina.jpg
Ce qui se passe à Tananarive n’est rien d’autre qu’une tentative de coup d’état. Comme toujours, chaque fois que les voyous, les génocidaires et autres putschistes se manifestent en Afrique, la diplomatie française n’est jamais loin. Elle est toujours là pour offrir gite, support militaire et diplomatique aux forces fascistes et antidémocratiques. Elle orchestre leurs propagandes à travers l’Agence France Presse, RFI et les autres média soi-disant indépendants (Le Monde, le Figaro, Libération).
De la répression de la marche des chrétiens de Kinshasa en février 1992 à la tentative de coup de d’état contre Laurent Gbagbo en septembre 2002, en passant par le génocide des tutsi rwandais, il y a une constance qui ne peut relever d’ « erreurs politiques ». Il y a une continuité qui ne peut qu’être d’inspiration idéologique.
Depuis quelques jours tout est mis en branle pour nous faire croire qu’Andry Rajoelina est le chef de l’opposition malgache qui cherche à instaurer un ordre démocratique alors qu’il n’est qu’un vulgaire putschiste qui bénéficie du soutien d’une puissance étrangère.
Halte à l’imposture!!!