topblog Ivoire blogs

06/02/2009

La semaine de Djignab

le Président Wade.jpg

Sénégal : dérive autoritaire
Le pouvoir d’Abdoulaye Wade continue dans sa dérive autoritaire. Dernier acte en date, l’ordre du ministre de l’Agriculture à ses services de cesser toute coopération ou action, même engagée, avec le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), l'organisation paysanne la plus représentative du Sénégal. Sûr de son fait Monsieur Hamath Sall- c’est le nom du ministre- demande aux divers bailleurs de fonds de cesser tous les rapports avec cette organisation sous le prétexte que le CNCR mènerait des activités subversives et de déstabilisation des institutions. En fait d’activités subversives, il ne faut entendre ici que la participation du CNCR aux Assises nationales du Sénégal ; un cadre public et ouvert, à tous, de concertations et d’échanges initié par l’opposition.

Sénégal : coming out

L’actualité au Sénégal tourne autour des « révélations » d’Abdoulaye Wade à l’hebdomadaire français l’Express. Dans une mise au point au magazine Abdoulaye Wade reconnaît avoir appartenu à une loge maçonnique. Le président sénégalais a admis avoir été, dans « sa jeunesse », franc-maçon mais précise avoir été "radié par suite de (sa) démission volontaire", selon une "mise au point" publié sur le site Internet de l'hebdomadaire français L'Express.
Les termes de cette mise au point ont été confirmés à l’Agence France Presse par la présidence sénégalaise.
Personnellement je considère que Monsieur Wade a le droit d’appartenir aux associations et d’avoir les convictions qu’il veut. Cela relève de sa vie privée et le Sénégal est une république laïque qui garantit la liberté de culte et de conscience à tous ses citoyens.
Ce qui me gêne c’est la liberté que le président Wade prend avec la vérité. Selon des sources concordantes et crédibles je suis à même d’affirmer qu’Abdoulaye Wade ne fait pas œuvre de transparence quand il fait sa mise au point. En réalité, sa rupture d’avec sa loge maçonnique est plus récente, elle remonte aux années quatre vingt dix et résulte de mesures disciplinaires à son encontre plus que de sa volonté.

Cote d’ivoire : qui veut lutter contre la corruption ?

Laurent Gbagbo continue sa croisade contre la corruption et donne des gages de sa bonne volonté et sa disponibilité à éradiquer cette gangrène qui fausse le jeu économique. Dernier exemple en date, la radiation et la mise à la disposition de la justice d’une secrétaire de la présidence impliquée dans une affaire aux relents d’escroquerie.
Il est du devoir de tous les démocrates ivoiriens de l’aider dans cette tache. Je pense notamment à tous les citoyens- à l’instar d’ASSALE ANTOINE TIEMOKO- qui font de la lutte de l’injustice et de la corruption- un enjeu politique. Puisqu’ils se réclament de la société civile et n’ont pas d’agenda caché, je leur conseille de travailler à la constitution de dossiers solides sur la corruption que le Président – sans crainte de ridicule- pourra soumettre à la justice.

France : Kouchner dans la mélasse

Il y a quelques mois j’ai exprimé sans équivoque ce que ce que je pense de Bernard Kouchner. Je continue de penser que son parcours ne milite pas en faveur de sa posture médiatique. La preuve cette histoire d’audit du système de santé au pays du kleptocrate Bongo Odimba. Plus de deux millions d’euros pour un rapport d’audit de 150 pages, c’est cher payé et cela sent, au mieux, le trafic d’influence.
Voila aujourd’hui qu’il est pris à parti par un tenant de la droite nationale française. Cette droite qui se félicitait de l’entrée de l’envahisseur dans Paris, fréquentait les officiers SS, imaginait des complots judéo-maçonniques, dénonçait des enfants qu’elle savait devoir finir en camp de concentration. Cette droite héritière du Maréchal Pétain, reconvertie dans la « gauche socialiste » à la libération et qui a apporté en toute connaissance de cause soutien diplomatique, militaire et financier aux forces génocidaires rwandaises.
Je ne vais hurler avec les loups.

L’injustice faite à l’Afrique

A lire la presse internationale, l’Afrique ne doit son sous développement qu’à la corruption et à l’incompétence de ces élites.
La crise économique mondiale actuelle nous montre que la mal gouvernance est loin d’être une exclusivité africaine. La preuve, Jérôme Kerviel fait perdre des milliards d’euros à la Société Générale sans que le génial Daniel Bouton s’en rende compte. Bernard Madoff ancien patron du NASDAQ, met en place une entreprise d’escroquerie à l’échelle mondiale en s’inspirant du modèle…français de financement des retraites. Je peux multiplier à l’infini les exemples de mal gouvernance.
Le drame de l’Afrique a pour cause, dans une large mesure, l’iniquité et l’injustice du système économique mondial.

Commentaires

N'ya ti pas une différence entre mal gouvernance et escroquerie / abus de cofiance
A voir

Écrit par : koigny | 07/02/2009

Djignab , arrête de distraire les gens !!!!! Gbagbo a attendu 8 ans pour lutter contre la corruption ???
Je te suggère d'arrêter de parler de ce que tu ne maitrise pas car il ne sert à rien de jouer le paon quand on n'en a pas les traits.

Écrit par : Krathos | 07/02/2009

Krathos
"Tous les Hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits."
"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression."

Écrit par : Djignab | 08/02/2009

Je ne t'ai jamais dénié ce droit, et d'ailleurs qui serais-je pour agir ainsi ???
Je demande simplement d'arrêter de raconter des balivernes.Si journaliste tu es, Djignab, avec tous mes respects, je trouve vraiment SUPERFICIEL les analyses que tu fais notamment la question ivoirienne et aussi ta perception des affaires Kerviel et Madoff (Trop simpliste à mon sens).
Je souhaite plus de pertinence dan ton propos .
Bien à toi !!!

Écrit par : Krathos | 08/02/2009

Krathos
Ai-je jamais dis que journaliste est ma profession? Non!!!
Tu ne peux prétendre me respecter en assimilant mes propos à de "simpliste" "balivernes".
Pour le reste, libre à toi d'avoir un point de vu différent du mien mais je ne vais pas obtempérer à ton ordre. Je continuerai à donner mon avis .
Cordialement

Écrit par : Djignab | 08/02/2009

Ehhhh Djignab !!! Crois-moi, "balivernes" ne signifie pas manque de respect. Je répète que personne ne te dénies ton droit à l'expression !!!

Écrit par : Krathos | 09/02/2009

J'ai apprécié tes anlyses ; même s'il ne sont pas du goût de tout le monde.
J'espère que le refus de "coopération" - disons de dialogue - avec le CNCR prôné par Wade ne tient pas au seul fait que tu as évoqué. Je sais qu'il suffit parfois d'un rien...
Quant à la situation en Côte d'Ivoire, il est difficile de contenter les Ivoiriens. Souvent ils en veulent à leur président tout en applaudissant la présence du ver dans la pomme. Je pense, moi, que quand on veut une pomme saine pour pouvoir juger du travail de l'agricultueur, on ne passe pas son temps à scier ses pommiers et à répandre dans son champ des produits qui entravent ses productions. Dans ce cas, le résultat est collectif et personne n'a le droit de s'ériger en censeur.
Concernant l'Afrique, l'Europe n'a à la bouche que les expressions telles "mal gouvernance" et "dictature". Est-ce que Nicolas sarkozy gouverne bien ? Est-ce que Les pprésidents du Sénégal, de la Côte d'Ivoire du Mali... rappellent vraiment Hitler, Napoléon, Mussolino ou Franco ? Et poutant ce sont les images qui se présentent à l'esprit des Européens quand on prononce le mot "dictateur". Soyons francs et n'exagérons rien. Soyons critiques et non point bêtes ou répéteurs et répétiteurs de lieux communs.

Écrit par : St-Ralph | 11/02/2009

@ St-Ralph
merci pour ton passage et tes commentaires.

Écrit par : Djignab | 13/02/2009

Les commentaires sont fermés.