topblog Ivoire blogs

24/11/2008

Douze voix!!!

Pedro_Verona_Rodrigues_Pires.jpg

Pedro Verona Rodrigues Pires a été élu Président de République du Cap-Vert en Juin 2001, face à Carlos Veiga, avec un écart de douze voix . Selon les résultats du deuxième tour de la présidentielle Pedro Pires avait obtenu 75.827 voix, contre 75.815 à Carlos Veiga, avec un taux de participation de 58,9 %. Le scrutin avait tenu en haleine le pays et les deux candidats avaient introduit des recours (10 pour Veiga et 2 pour Pires). La cours suprême du Cap-Vert après examen de ces recours avait validé le scrutin et la Commission nationale des élections (CNE) avait proclamé Pedro Pires président. Carlos Veiga, tout en regrettant que la cour suprême ne lui ait pas donné raison, avait admis sa défaite et souhaité à Pedro Pires de "faire un bon travail pour le Cap Vert". Dernier détail et pas des moindre Carlos Veiga était le candidat du parti au pouvoir depuis dix ans.
Entre le scrutin et la proclamation officielle des résultats, ni Carlos Veiga et encore moins Pedro Pires n’ont appelé à la rescousse l’armée sénégalaise, la CEDEAO, l’Union africaine, la Commission des droits de l’Homme, le Conseil de sécurité de l’ONU…. Ils se comportés en personnes dignes qui instruites des règles du jeu, posent des actes responsables.
Contrairement à ce que Krathos et dans une moindre mesure Claudus peuvent dire, les africains et les "nègres" ne sont pas si nuls que ça. La preuve….

Commentaires

"Une aiguille dans une motte de foin."
Cependant cela peut se revéler être un bon début.

Ils est bien beau de dire en bombant la poitrine :"Je suis fière d'être Africain".
Mais qu'en est il en réalité pour la masse ?
On se dit fière d'être Africain alors qu'on fait tous pour ressembler aux occidentaux, on lâche tous pour pouvoir quitter au péril de sa vie cette Afrique "qu'on aime tellement", on refuse de retourner en Afrique après un long séjour en occident en se basant sur des prétextes de circonstances, on vend tous ce qu'on à de beau et de sacré à nos "persécuteurs"... ce chapelet grandit chaque jour de manière exponentielle.

C'est loin d'être de l'auto-flagellation ou de l'auto-mepris. C'est juste du réalisme.
Cette Afrique Noir qui réfuse de grandir par crainte de se prendre "elle même" en charge doit être restructuré pour que nos fils vivent dans une Afrique et un monde meilleur.

L'exemple que tu mets en lumière ici, s'il se multipliait, pourrait donner une nouveau visage à la vie politique en Afrique.
Pourvu qu'il en soit ainsi

Écrit par : Claudus | 25/11/2008

La volonté est un grand moteur de l'évolution ou de la régression d'une situation dans la majeur partie des cas.Est ce que Nous Africains voulons sortir de ce schéma honteux de misère et de calamité que nous vivons?Seules les actes que nous poserons signifieront la réponse à cette question, si toutefois on oublie pas que la façon de penser détermine beaucoup le comportement et les actes! Concrètement , il y a une mentalité à faire avancer .je pense.

Écrit par : mohamed billy | 27/11/2008

mohamed billy
L'évolution des mentalités est nécessaire et seule à même de permettre le progrès entendu ici comme, la recherche collective pour chacune , chacun et tous des moyens d'une existence digne.
Ce que je cherche à faire comprendre , c'est la nécessité d'une vision positive de nous même car la perte d'estime de soi ne nous portera pas sur les sentiers du progrès. Le projet colonial et tous les discours en cours sur l'Afrique ne visent qu'à nous faire accepter notre sort comme conséquence de notre damnation. Tout est fait pour que nous répétons "ce n'est pas le monde qui est injuste, c'est qui sommes nuls". Moi je dis Non!

Ce qui m'insupporte , ce sont ces jeunes avec un argumentaire très léger et dans une forme qui interroge sur leur culture qui répètent inlassablement que nous sommes tous nuls. Ils croient faire preuve d'originalité alors qu'ils véhiculent de très vieux discours.
La critique sans complaisance de nos états, sociétés élites et de nous même est salutaire et doit être menée sans entrave et là je pense que nous sommes d'accord.

Écrit par : Djignab | 27/11/2008

@Djignab,

Effectivement, qu'il faut se donner de l'importance pour que les autres nous prennent en considération. Tout part de l'estime de soi. cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas mener son auto-critique, mais d'éviter de faire en sorte qu'on finisse par se croire incapable, sinon on risque de le devenir même pour ce qui est possible.Mais la mentalité doit faire un grand bond pour notre développement.Comment y parvenir?

Écrit par : mohamed billy | 27/11/2008

Les commentaires sont fermés.