topblog Ivoire blogs

20/07/2008

Journée sans presse lundi au Sénégal à l'appel d'un Comité de défense des journalistes

ec3d6c85e48f0095ee81bde792bd927c.jpg

Source APA News
Le Sénégal connaîtra lundi « une journée sans presse » décidée par les journaux, les radios, les télévisions et les sites web à l'appel du Comité de défense et de protection des journalistes suite aux violences policières infligées à deux reporters au mois de juin dernier à Dakar.

De nombreux responsables d'organes de presse ont confirmé leur adhésion à cet appel et s'organisent pour rendre effective cette journée du lundi sans presse.

Elle devrait se traduire par la fermeture durant 24 heures des stations audiovisuelles et la non parution de plusieurs titres de journaux ainsi que la non mise à jour de différents sites web sénégalais.

Selon un correspondant local de presse, l'observation de la grève signifie un boycott de la Cour d'Assises dont l'ouverture est prévue lundi simultanément dans certaines villes de l'intérieur du Sénégal.

«Cette journée de 24 heures sans information est un grand coup », se réjouit un reporter interviewé dans le journal de midi d'une radio privée dakarois de la bande FM, qui invoque du respect et des égards aux journalistes dans l'exercice de leur profession.

Ces derniers entretiennent avec les pouvoirs publics sénégalais des rapports souvent heurtés alimentés par un faisceau de malentendus qu'ils ne parviennent pas encore à dissiper.

La journée « sans presse » de lundi, qui démarre dimanche à 0 heure, traduit l'exacerbation de cette relation conflictuelle et apparaît « inédite » au Sénégal, selon des observateurs.

A plusieurs occasions, les journalistes sénégalais ont manifesté leur indignation lorsque deux des leurs avaient été violemment réprimés à Dakar par des éléments de la brigade d'intervention polyvalente à l'issue d'un victorieux match international de football du Sénégal contre l'équipe nationale du Liberia.

Commentaires

Je pense même que les bloggueurs sénégalais de la diaspora devraient se mettre au diapason de cette journée page blanche. En plus, tous les journalistes africains ou non jugeant anormale la bastonnade de leur collègue. C'est un bel exemple de solidarité.

Écrit par : Edgar | 21/07/2008

Les commentaires sont fermés.