topblog Ivoire blogs

10/07/2008

Convocations

75548c91a93c6c4b558bf973a4cefb81.jpg
La provocation convocation de Madame Simone Gbagbo et de Monsieur Bohoun Bouabré continue de livrer ses mystères. Hier on apprenait dans un développement digne de la pire casuistique jésuite que la convocation était « non conventionnelle mais légale », aujourd’hui l’objectif qui est fixé à l’opération est de « maintenir la pression » sur le « … le camp présidentiel… » . Sachant que : « Les enquêteurs ne soupçonnent pas le couple présidentiel d'être impliqué directement dans cette affaire, mais certains cadres du régime liés aux milieux d'affaires, notamment ceux du cacao. » On convoque l’épouse d’un chef d’état étranger, parlementaire de son état, pour maintenir la pression, afin de mettre la main sur …« certains cadres ».

Je ne suis point juriste mais ce langage ne m’est pas étranger. C’est un discours politique que je lis à profusion dans la presse d’opposition ivoirienne. Si dans le contexte politique ivoirien on peut distinguer le camp présidentiel de son opposition, je me demande comment on peut intégrer cette dichotomie dans une instruction judiciaire.
Passons, puisqu’il semble que le but soit aussi de mettre la pression sur la France qui veut, après la visite de Kouchner, « tourner la page ». On convoque la Présidente du Groupe Parlementaire le plus important de l’Assemblée Nationale ivoirienne pour mettre la pression sur…la France.

La morale de l’histoire : quelque soit la pression que l’on prend en considération, le mépris et le manque de respect pour la Cote d’ivoire et ses institutions est le fondement de toutes ses actions.

Les commentaires sont fermés.