topblog Ivoire blogs

02/07/2008

Sénégal: les journalistes et techniciens en brassards noirs

cb7091a7d094e79e673faf162529d54f.jpgSource : Walf Fadjri
Après leur marche du samedi 28 juin 2008, les journalistes décident de maintenir la pression sur les autorités étatiques pour que justice soit rendue à leurs confrères, tabassés par des agents de la police.



Les journalistes sénégalais n'entendent pas baisser les bras dans le combat qu'ils ont engagé pour le respect de la liberté de presse et la garantie par les autorités de leur sécurité physique dans le cadre de leur travail. Ainsi, après avoir organisé une marche qui a connu un succès éclatant, le Comité pour la défense et la protection des journalistes (Cdpj) s'est réuni hier pour faire monter l'adrénaline d'un cran en déclinant les prochaines phases de son plan d'action.

C'est ainsi que 'le comité appelle tous les professionnels de l'information et de la communication et toute personne qui se sent concernée par ce combat, à arborer des brassards noirs les mercredi 02 et jeudi 03 juillet 2008, en signe de protestation contre l'impunité qui semble se dessiner encore une fois'. Cependant, la lutte ne s'arrêtera pas là, puisque d'autres activités sont au programme. Le Cdpj compte internationaliser son combat en saisissant toutes les structures étrangères qui œuvrent pour le respect des libertés des journalistes. Parallèlement à ces actions, à partir de ce mardi, le comité pour la défense et la protection des journalistes va prendre contact avec les représentations diplomatiques au Sénégal pour établir un calendrier de rencontre avec les différents ambassadeurs accrédités à Dakar. Par ailleurs, 'le comité appelle tous les acteurs de la presse à maintenir la mobilisation et surtout à se tenir prêt à répondre aux futurs mots d'ordre'.

Tirant le bilan de sa marche du samedi 28 juin 2008, les responsables du Cdpj 'se félicitent de l'énorme succès de cette manifestation qui a connu une forte affluence, évaluée à au moins cinquante mille personnes'. La satisfaction du comité pour défense et la protection des journalistes est d'autant plus grande qu'il se réjouit que son initiative n'a connu aucun débordement. Et cela, à ses yeux, 'prouve, si besoin en était, l'adhésion des populations à ce combat qui ne vise en fait qu'à la manifestation de l'Etat de droit'

Les commentaires sont fermés.