topblog Ivoire blogs

29/06/2008

Forte mobilisation contre les dérives policières

6e26ec3ae9e9ea9ca0b9f97616facf95.jpg

Source : Nettali.net

C'est une foule compacte constituée de journalistes, de membres de la société civile de politiques et de citoyens anonyme qui a marché de la Place de l''Obélisque au Rond de la Médina à Dakar. Occasion saisie par les journalistes pour brandir des banderoles hostiles à la Police et à l'Etat et exiger de meilleures conditions d'exercice du métier en termes de sécurité.

Ils étaient des deux sexes de tous les âges. Eux, ce sont les journalistes sénégalais qui ont battu le macadam ce samedi comme promis par le Comité pour la défense des droits de la presse mis en place au lendemain de l'agression dont ont été victimes Boubacar Kambel Dieng et Karamakho Koné, respectivement de la Radio Futur Média et de la West democraty radio. La marche a pris fin aux environs de 12 heures au Rond-Point de la Médina et un mémorandum dans lequel ont été consignées les doléances des journalistes a été remis au ministre de l'Intérieur Cheikh Tidiane Sy, par un Comité restreint de journalistes.

Yakham Codou Néné Mbaye a expliqué le sens de la manifestation. En sa qualité de Porte-parole du Comité pour la défense. Chaque fois qu'un journaliste commet une infraction dans l'exercice de ses fonctions, nous sommes convoqués à la Police et jugés devant les tribunaux ; Nous exigeons la même chose lorsque nous sommes victimes de violences comme c'est le cas avec nos confrères », dira le Directeur général de Com 7. Dans la même veine, Diatou Cissé Badiane a déclaré que la mobilisation sera de mise chaque fois que des journalistes seront agressés dans l'exercice de leurs fonctions. Nous ne transigerons pas sur ce principe », a-t-elle confié.

Plusieurs responsables politiques (Moustapha Niasse, Abdoulaye Bathily, Seydou Sy Sall, Me Aïssata Tall Sall etc), syndicaux étaient présents à la marche de ce samedi qui a pris fin vers 13 heures. Le 21 juin, les deux journalistes ont été agressés par des policiers, à l'issue d'un match qui opposait l'équipe nationale du Sénégal à celle du Libéria au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar. Le journaliste de Rfm a été hospitalisé dans une clinique de la capitale Une marche organisée par le Collectif de la presse régionale pour dénoncer cette agression, le 26 juin à Kaolack (Centre), a rassemblé deux cents personnes

Commentaires

Honneur à ces braves défenseurs de la liberté d'expression ! Le plus difficile, dès qu'on obtient les libertés, c'est de veiller à ce qu'elles ne deviennent pas contre-productives pour la démocratie.
En Côte-d'Ivoire la liberté d'expression, sous Gbagbo, est exonérée de coups de trombonne. Depuis on assiste à de vraies partouzes éditoriales... j'ai eu à le noter l'année dernière à cette adresse :

http://wwwleblogdedgaryapo.blogspot.com/2007/08/quand-la-presse-oppresse.html

Écrit par : Edgar | 29/06/2008

Les commentaires sont fermés.