topblog Ivoire blogs

03/06/2008

Assises Nationales du Sénégal:la riposte du pouvoir?

6f6365876a406d55f97f2203ca52ecc6.jpgSource:Nettali.net


NETTALI - Les menaces des tenants du pouvoir contre les participants aux assises nationales ne sont pas que des paroles en l’air. Les pressions ont déjà commencé. Depuis dimanche dans la matinée, la villa d’Amadou Makhtar Mbow est sans électricité. Des personnes non identifiées, à bord d’une 4X4, ayant coupé les fils du poteau d’alimentation de la villa du Président des Assises située au quartier Point E.
Les tenants du pouvoir n’ont pas attendu longtemps pour mettre à exécution leurs menaces. À la veille des assises nationales qui se sont ouvertes dimanche 1e juin dernier, Doudou Wade, Farba Senghor, le Premier ministre, Cheikh Aguibou Soumaré et même le président de la République, Me Abdoulaye Wade, ont fait des sorties pour fustiger la tenue de ces assises. Farba Senghor était même allé jusqu’à menacer les participants, soutenant que l’Etat va les considérer comme ses adversaires. Ceux qui croyaient que ce n’était que des paroles en l’air vont déchanter.

En effet, selon des témoignages recueillis par la radio Futurs médias (Rfm), au lendemain de l’ouverture de ces assises, soit dimanche 2 juin, des personnes, à bord d’un véhicule 4X4 de type L200 immatriculé Dk-6627-AB, sont venus au quartier où habite le président des assises nationales, Amadou Moctar Mbow au Point E, près de la demeure du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, pour couper le courant au poteau. Depuis dimanche, la maison de l’ex-directeur de l’Unesco et celles de ses voisins sont dépourvues d’électricité. Les réclamations n’y ont rien fait. Amadou Mactar Mbow a renforcé sa sécurité et tous les gardiens du quartier se sont mobilisés pour barrer la route à toute personne qui s’aventurerait dans le coin pour faire des actes de sabotage ou toute autre chose répréhensible. Ses proches pensent que c’est de l’intimidation qui n’a aucune chance d’avoir l’effet escompté car "Amadou Moctar Mbow est un homme naturellement serein que rien ne peut ébranler".

L’historienne Penda Mbow explique être elle aussi victime des mêmes méthodes. Des inconnus se seraient présentés chez elle pour emporter le compteur, sans en donner la raison. Penda Mbow jure ne devoir aucune facture d’électricité à la Sénélec. "Chaque fois qu’on m’a amené une facture, j’ai payé automatiquement. je ne comprends pas", déclare Penda Mbow qui ne manque pas de faire le lien avec les Assises nationales. Mais pour l’historienne qui a été ministre au tout début de l’alternance, "c’est peine perdue".

Nos tentatives pour joindre le service de Communication sont restées vaines.

Les commentaires sont fermés.