topblog Ivoire blogs

14/05/2008

SOS

Le Président Abdoulaye Wade est en France pour présenter son ouvrage autobiographique intitulé « une vie pour l’Afrique » aux éditions Michel Lafont. Je viens d’en lire les bonnes feuilles dans le Quotidien. Je souhaite que mes amis de ce journal de références aient été manipulés et présentent une fausse version de l’ouvrage. J’en ai d’autant plus envie que je ne veux point rompre avec ma fibre républicaine.
La responsabilité de Monsieur Abdoulaye Wade est engagé dans au moins quatre affaires criminelles. La première remonte à 1993 avec l’assassinat de Maître Babacar Sèye vice–président du conseil constitutionnel. Les assassins de ce juge constitutionnel sont des proches de Abdoulaye Wade. La voiture ayant servi à la traque de ce monsieur et l’arme utilisée pour le tuer ont été payées par les deniers de Maître Abdoulaye Wade. Les assassins du juge constitutionnel leur forfait accompli se sont signalés au futur Président de la République pour lui dire qu’ils avaient accomplis leur mission. En 2005 dans un ouvrage à succès -témoignages à l’appui- le journaliste Abdou Latif Coulibaly écrivait que le Président Wade n’était pas seulement le commanditaire du meurtre mais le chef du gang qui a exécuté Maître Babacar Sèye.

Voici que dans son autobiographie Monsieur Wade refuse de parler de cet épisode au prétexte que la loi d’amnistie qu’il a fait voter en faveur de ces amis assassins la lui interdit. Depuis quand Abdoulaye Wade s’embarrasse de la loi quant il s’agit de s’engager sur le terrain politique ?
Toujours en 1993 le journaliste Nicolas Balique correspondant de Rfi à Dakar est pris à parti à sa sortie de la résidence de Wade qui vient de lui accorder une interview.Après avoir reçu un violent coup de tête de l’actuel chef de cabinet du chef d’état du Sénégal, Monsieur Ballique se verra molester par des dirigeants et autres nervis du parti présidentiel. Sa voiture brûlée et son matériel de travail saccagé.
Le 26 septembre 2002 le Sénégal connaît la plus grave catastrophe maritime de l’histoire avec 2000 morts. Le navire le Joola qui assure la navette entre la Casamance et la capitale Dakar sombre dans l’océan atlantique.

Les passagers du navire ont été victime de l’arbitrage budgétaire en faveur de l’avion présidentiel. Au lieu d’acheter le nécessaire deuxième moteur du joola le Président Abdoulaye Wade a préféré qu’on améliore son confort en changeant l’habillage de la cabine de son avion de commandement : la pointe de Sangomar. Vous lisez bien que le choix a été de préférer le confort présidentiel à la sécurité des milliers de personnes qui empruntaient le navire Joola.

Pour finir en 2003, Talla Sylla le leader du parti d’opposition jëf- jël est sauvagement agressé par des nervis que la gendarmerie identifiera comme proches du palais présidentiel sénégalais. Des ordres venus d’en haut et un accident mortel d’un proche de Abdoulaye Wade mettront un terme aux velléités des gendarmes à trouver les coupables.
Sur toutes ces affaires criminelles, j'espérais des arguments de poids- en faveur de l'innoncence- du Président de la République. J'avoue que je 'ai plus de doutes!!

Les commentaires sont fermés.